Comment préparer sa ligne de mouillage ?

Comment préparer sa ligne de mouillage ?

Il n’existe pas d’ancre de bateau universelle. Les différents types de fonds rencontrés au cours de vos escales requièrent des caractéristiques différentes. Le choix de votre ancre ainsi que du diamètre de chaîne et de cordage dépend de critères précis comme la taille et le poids de votre bateau.

Comment choisir sa ligne de mouillage ?

La longueur de la ligne de mouillage doit tenir compte de la hauteur d’eau à marée haute (pleine mer) et de la force du vent et du courant. Vous devrez au minimum mouiller :

5 fois la hauteur d’eau en dessous de force 2
Jusqu’à 10 fois la hauteur d’eau par force 9

Tout en gardant à l’esprit que plus la ligne sera longue, meilleure sera la tenue du mouillage. Bien entendu, cela doit prendre en compte un certain nombre de paramètres :

  • Nous l’avons déjà évoqué plus haut, la météo est un critère essentiel à prendre en compte au moment du mouillage. Cela va déterminer la longueur de votre ligne de mouillage, mais aussi et surtout vous permettre de choisir un lieu de mouillage plutôt qu’un autre en fonction de l’orientation du vent.
  • Prenez bien en compte les horaires de marée si vous naviguez en Atlantique notamment, à la fois pour avoir assez de chaîne ou ne pas en avoir trop. On se l’accorde, mieux vaut larguer trop de chaîne que pas assez… En fonction de la place que l’on a également !
  • C’est d’ailleurs un autre point à prendre en compte : votre environnement extérieur. Pensez à bien vérifier qu’aucun obstacle ne se trouve dans votre cercle d’évitement (zone que peut couvrir votre bateau en tournant autour de son ancre), que ce soit un rocher mais aussi un autre bateau, même si ce dernier paramètre est souvent difficile à calculer. Laissez vous également une marge de sécurité avec la côte en cas d’imprévu. Il est en effet possible de chasser, même si vous avez pris toutes vos précautions.


Vous pouvez repérer la longueur de chaîne que vous mouillez grâce aux marqueurs de chaîne des couleurs à clipser dans les maillons.

Dans certaines conditions, vous pouvez être amenés à mouiller deux ancres, par exemple : mouillage avant/arrière pour rester dans le courant. Dans des conditions météo extrêmes, il est recommandé d’affourcher. Si vous voulez en savoir plus sur toutes les techniques de mouillage, lisez notre article à ce sujet !

Quelle chaîne choisir ?


La chaîne pour bateau est généralement construite en acier galvanisé car c’est un alliage peu onéreux et très résistant à la traction. Elle nécessite cependant un peu d’entretien et notamment un rinçage régulier à l’eau douce. Elle appréciera peu les immersions très prolongées. On trouve également de la chaîne en inox 316 qui a la particularité de ne pas s’oxyder même lors d’une longue période immergée. Attention : si vous optez pour une chaîne en inox, choisissez une ancre dans le même alliage.

Utiliser une chaîne confère deux avantages. La chaîne permet, par temps calme, d’abaisser l’angle formé avec le sol, ce qui augmente la traction horizontale et l’accroche de votre ancre. La chaîne est aussi plus résistante à l’abrasion : si vous êtes dans des fonds rocheux ou avec des coraux vous n’aurez rien à craindre du frottement de la chaîne sur l'environnement, tandis que cela serait plus préoccupant avec juste un cordage.


Quel cordage choisir ?


Le câblot ou cordage est utile car il joue un rôle d’amortisseur et permet d’atténuer le bruit provoqué par la chaîne. Il existe des cordage prévus à cet effet qui allient résistance et souplesse pour garantir une grande longévité tout en disposant d’une bonne élasticité. Le meilleur compromis est obtenu avec les cordages polyamides qui allient les deux qualités dont nous parlions avant. Nous proposons d’ailleurs des cordages pour ancre “tout fait” en cordage polyamide 3 torons et avec cosse inox.

Si votre ligne de mouillage n’est constituée que de chaîne, nous vous recommandons tout de même d’utiliser quelques mètres de cordage reliés à une main de fer pour bénéficier de cet effet d’amortisseur.

Quelle ancre choisir ?


Les conditions de votre mouillage orienteront votre choix d’ancre : la durée, le type des fonds marins, les conditions de mer et de vent, les courants. Il est recommandé d’avoir systématiquement à bord deux modèles d’ancre différents.

L’ancre plate :

C’est l’ancre la plus couramment utilisée sur une grande variété d’embarcations. Elle assure une haute résistance et une bonne tenue dans des fonds de vase ou de sable fin mais n’est pas idéale sur des fonds de sable grossier ou de gravier. Elle est également déconseillée pour les fonds rocheux. Sous la traction, elle a une propension à se mettre sur le côté et à ne tenir plus que sur une pelle, ce qui est son principal désavantage. Cette ancre reste très utilisée car son rangement est facile grâce à sa verge articulée qui permet un rangement à plat. On la retrouve donc dans la plupart des petites embarcations.


L’ancre soc de charrue type Delta :

Ce type d’ancre convient pour des fonds de vase, de sable ou de gravier car elle écarte les fonds pour s’enfouir. Une fois qu’elle a atteint le fond, l’ancre soc de charrue se pose horizontalement sur ses pelles et commence alors à s’enfouir. Il faut savoir que ce type d’ancre s’enfouit sous la traction. Le gros avantage de cette ancre est qu’elle continue généralement à s’enfouir même lorsqu’elle décroche. D’autre part, elle reste toujours stable et s’enfouissent vite et profondément. Elles seront efficaces dans plus de 80 % des sols. Un de leurs avantages est de pouvoir raccrocher facilement après avoir dérapé.


Les ancres hybrides/ à forme unique type Spade :

Le fonctionnement de l’ancre Spade est radicalement opposé à celui de l’ancre soc de charrue. Cette dernière compacte le fond pour s’enfouir, tandis que l’ancre Spade l’écarte. Cela tient à la forme des pelles qui sont concaves dans le cas de l’ancre Spade, tandis qu’elles sont dans l’autre sens pour les ancres soc de charrue.
L’ancre Spade a aussi la particularité unique d’être fortement lestée dans sa pointe : celle-ci contient 50% du poids total de l’ancre. Cette particularité fait que l’ancre Spade s’enfouit très rapidement et profondément dans le sol mais, surtout, qu’elle vrille très peu et se retourne à l’endroit en cas de chasse.



Les ancres grappin :

Ces petites ancres sont prévues pour des fonds avec des algues, pour une pratique de la pêche ou du mouillage en annexe par exemple. Ces petites ancres ne sont pas prévues pour être en mouillage principal.


Pour résumer, choisissez votre mouillage principal en fonction du type de fonds et de conditions que vous rencontrez le plus fréquemment. Si vous voulez être sûr d’avoir une ancre très polyvalente, nous vous recommandons d’investir dans une ancre Spade.
Gardez à l’esprit qu’une ligne de mouillage de qualité est un gage de sécurité et que cela fait partie des dépenses d’un bateau sur lesquelles il ne faut pas regarder le prix en premier… Vous le regretterez bien vite si votre bateau se met à chasser à la côte en votre absence !


En mouillage secondaire, nous vous recommandons d’opter pour une ancre adaptée à des fonds différents de votre mouillage principal. Par exemple, si vous avez comme mouillage principal une ancre adaptée à des fonds sableux, pour votre mouillage secondaire optez pour une ancre adaptée dans des fonds rocheux. En complément, il est utile de disposer d’une ancre légère en aluminium équipée d’un bout plombé. Facile à manipuler par tout l’équipage, elle est particulièrement adaptée aux mouillages de courte durée ou dans des endroits abrités.

Ce tableau vous permet de définir l’ancre, la chaîne et le cordage adaptés à la taille de votre bateau :

Les accessoires de mouillage


L’ancre flottante :


Ces ancres, fabriquées en toile très résistante, permettent de stabiliser une embarcation dans le mauvais temps ou à l’occasion d’un mouillage un peu inconfortable. Elles permettent également de freiner la dérive de votre embarcation pendant que vous pêchez par exemple.



Bouées d’ancres :


Manuelles :

Les bouées d’ancres manuelles sont aussi appelées orin. L’idée est de venir fixer un flotteur ou une petite bouée sur le diamant de l’ancre avec un bout, afin que l’orin arrive à la surface à l’aplomb de votre ancre pour en indiquer la présence. L’orin est un système peu onéreux, facile à mettre en place et il pourra souvent vous tirer de situations délicates. Il est en effet courant que nos voisins de mouillages ne fassent pas trop attention aux bateaux aux alentours et mouillent un peu “à la sauvage”. Installer un orin sur votre ancre et en signaler la présence réduit considérablement ce risque…. A moins d’y mettre vraiment de la mauvaise volonté !
L’orin a une seconde utilité car il permet d’obtenir un point de pivot sur votre ancre, lui permettant de se désengager d’un bout ou d’un câble si un tel incident se produisait.


Automatiques :

La bouée d’ancre Grippy intègre un cordage HMPE, dont la longueur s’ajuste automatiquement en fonction de la hauteur d’eau. La version light intègre un éclairage automatique rechargée par panneau solaire afin de la rendre visible de nuit. Ce type d’équipement vous permet d’avoir une bouée toujours à l’aplomb de votre ancre, quelle que soit la marée et la hauteur d’eau. Tout comme un l’orin classique, elle permet de récupérer une ancre engagée. Cela permet aux autres bateaux de visualiser la position de votre ancre et ainsi d’éviter qu’ils viennent mouiller dessus.

Maintenant que vous savez comment préparer votre ligne de mouillage, apprenez comment mouiller dans les règles de l'art grâce à notre article dédié à ce sujet : Comment mouiller dans les meilleures conditions ?