Conseils pour choisir l’antifouling à appliquer sur son bateau

Conseils pour choisir l’antifouling à appliquer sur son bateau



Avide de navigation et heureux propriétaire d'un bateau, il est important d'en prendre soin et de bien l'entretenir. Découvrez dans cet article comment trouver l'antifouling qui répond à vos besoins. En pleine mer ou au ponton, votre bateau est immergé dans l’eau : au fil du temps, un ensemble de végétaux et d’animaux viennent se coller sur la surface mouillée de votre coque. Algues, moules et coquillages se développent sur les œuvres vives de votre bateau, réduisant votre vitesse de navigation et augmentant votre consommation de carburant. Pour éviter ce problème, il convient de peindre la coque de votre embarcation avec une peinture marine spéciale appelée « antifouling ». Voici quelques conseils qui vont vous aider à choisir l’antifouling qui correspond à votre type de bateau.

Qu’est ce que l’antifouling ?

Il s’agit d’une peinture antisalissure qui libère des toxines (biocides) à base d’oxyde de cuivre capables de freiner la prolifération de végétaux marins comme les algues et les coquillages, sur la partie immergée du bateau. Cette peinture protège toutes les surfaces immergées du bateau et empêche le dépôt de salissures sur la coque. Dès lors que le bateau est dépourvu de cet ensemble de végétaux, il est plus rapide et moins gourmand en carburant. Le gelcoat de votre coque se trouve bien mieux protégé lorsqu’un antifouling est appliqué.
Pour que l’antifouling fonctionne parfaitement, il faut toujours garder les biocides actifs. En effet, ces biocides ont une certaine durée de vie au fur et à mesure qu’ils jouent leur rôle. Il faut donc réactiver régulièrement cette couche d’oxyde de cuivre.

Les différents types d’antifouling

Plusieurs critères doivent être pris en compte au moment de choisir un antifouling : le type de votre bateau, sa vitesse, votre lieu de navigation habituel et le type d’hivernage que vous effectuez. En fonction de ces critères, vous avez le choix entre différents types d’antifouling :

L’antifouling matrice dure

Ce type d’antifouling présente un taux de biocide élevé. Il s’agit d’une peinture très résistante qui peut s’appliquer en épaisseur. L’antifouling matrice dure est essentiellement conçu pour les bateaux rapides. Vous pouvez aussi l’appliquer sur des bateaux qui échouent ou qui mouillent dans des régions où le courant est fort. On conseille aussi ce type d’antifouling sur les bateaux qui naviguent en eaux chaudes.

antifouling matrice dure uship

L’antifouling érodable

L’antifouling érodable présente un taux élevé de résine soluble composée essentiellement de substances actives (biocides). Cette peinture marine présente l’avantage de toujours laisser une couche active de biocides, même si le film de peinture s’use au frottement de l’eau sur la carène. La surface reste alors lisse et réduit l’accumulation des couches d’antifouling sur la coque. De plus, la saison suivante, il suffit d’appliquer directement une couche de rénovation sans obligatoirement réaliser un ponçage intermédiaire. En revanche, ce type d’antifouling est peu recommandé pour les bateaux immobiles pendant une longue période, qui naviguent dans des zones à fort courant ainsi que pour les vedettes rapides.

antifouling erodable uship

Antifouling matrice dure ou érodable : lequel choisir ?


choisir son antifouling matrice dure erodable

L’image ci-dessus résume ce qu’il faut savoir pour choisir votre antifouling. On peut ainsi constater que l’antifouling à matrice dure est la solution la plus polyvalente car elle peut être appliquée dans tous les cas de figure. C’est la solution à privilégier notamment quand on possède un bateau rapide (vitesse supérieure à 25 nœuds), qui échoue ou qui se situe dans une zone avec de forts courants. Dans ces cas de figure, utiliser un antifouling érodable serait une perte de temps et d’argent car il s’userait trop vite.

L’antifouling à matrice dure libère une plus grande quantité de biocides mais nécessite un entretien régulier pour réactiver la couche d’oxyde de cuivre. Le rendu obtenu est également moins lisse avec ce type d’antifouling, à moins d’utiliser un antifouling spécialement conçu pour la régate.

L’antifouling à matrice érodable est indiqué pour des bateaux plus lents (vitesse inférieure à 25 nœuds) et qui sortent régulièrement. Ce dernier point est à bien prendre en compte, car c’est le frottement de l’eau sur la coque qui va réactiver naturellement la couche de biocide. Ce type de matrice est donc à privilégier sur les bateaux qui sortent plusieurs fois par semaine, sous peine de voir leur coque s’encrasser rapidement faute de biocides actifs.

L’antifouling pour coque aluminium

Lorsqu’il est mélangé au cuivre, l’aluminium crée une réaction chimique qui le corrode totalement. Il faut donc éviter à tout prix de mettre un antifouling classique, contenant de l’oxyde de cuivre, au contact d’une coque en aluminium.
C’est pour cela qu’il existe des antifoulings spécifiques pour une application sur coque aluminium. Ils ne contiennent pas d’oxydes de cuivre mais du thiocyanate de cuivre pour la plupart, ou pas de cuivre du tout.
Même si des antifoulings spécifiques pour coque aluminium existent, il est tout de même important d’appliquer un primaire. Celui-ci favorise à la fois l’accroche de l’antifouling et permet également une meilleure étanchéité de la coque aluminium contre les oxydes de cuivre libérés par les antifoulings voisins.

antifouling pour coque aluminium nautix

Les antifoulings spécifiques

D’autres antifoulings sont également disponibles pour des usages bien spécifiques en fonction du support d’application :

  • Antifouling spécial hélice
  • Antifouling pour pneumatique
  • Antifouling spécial sondes


antifouling special hélice    antifouling pour sonde

Les indispensables pour appliquer un antifouling

L’application d’un antifouling doit respecter plusieurs étapes pour un chantier mené à bien. C’est une intervention qui prend du temps et qui requiert du matériel spécifique. Le choix d’un antifouling se réfère aussi au choix du matériel nécessaire pour en optimiser la tenue et l’efficacité sur votre bateau. Parmi les consommables et outils recommandés pour appliquer un antifouling, on retrouve :

  • Le décapant antifouling, qui permet de retirer facilement les anciennes couches d’antifouling si nécessaire.
  • Le grattoir pour éliminer les résidus de l’ancien antifouling.
  • Le nettoyeur haute pression pour nettoyer votre carène.
  • Le papier abrasif à l’eau pour poncer l’antifouling et préparer correctement l’application du prochain produit, s’il n’est pas nécessaire de retirer les anciennes couches d’antifouling.
  • Le mastic époxy pour réparer les chocs, les rayures ou les trous sur la partie immergée de votre bateau.
  • Le dégraissant, appliqué à la main à l’aide d’un chiffon propre, pour retirer les derniers résidus sur la coque avant d’appliquer votre primaire ou votre antifouling
  • Les pinceaux ou rouleaux laqueurs aux poils courts de préférence, pour appliquer l’antifouling.
  • Le bac à peinture pour diluer, fabriquer le mélange et obtenir un antifouling homogène.
  • Le mélangeur pour mélanger votre antifouling.
  • Le ruban de masquage pour créer une ligne de délimitation de flottaison sur votre bateau. Ce ruban peut aussi servir pour protéger les parties qui ne sont pas à peindre à l’antifouling (sondeur, anodes, hélice, etc.)
  • Le primaire, qui permet d’éviter les risques d’incompatibilité et favorise l’accroche de l’antifouling sur votre bateau.
  • L’antifouling que vous choisirez en fonction de vos besoins.

L’application d’un antifouling est une opération risquée en raison des biocides qu’il contient. Il convient alors de s’équiper correctement avant d’entamer une telle opération. Parmi les essentiels de sécurité recommandés pour l’application d’un antifouling sur un bateau, vous devez acheter des gants en latex, une combinaison, des lunettes de protection et un masque à cartouche. Il est nécessaire de renouveler vos cartouches. Dans tous les cas, il est conseillé de se référer directement à la notice d’utilisation fournie avec votre antifouling.
Si vous devez remplacer l'ancienne couche d'antifouling présente sur votre coque, découvrez comment ôter votre antifouling en lisant l'article à ce sujet.

Appliquer son antifouling en 6 étapes avec les produits USHIP

Maintenant que vous connaissez la théorie, il est temps de se demander comment, en pratique, choisir les bons produits, tant en termes de préparation de carène que de choix de l’antifouling.

Etape préliminaire : on s’équipe !

Comme nous le disions dans la rubrique précédente, s’équiper correctement n’est pas une option quand on applique de l’antifouling. Le ridicule ne tuant pas, munissez vous d’une combinaison de protection, de lunettes, gants et d’un masque à gaz. Retrouvez tout ces produits dans notre catégorie des protections individuelles. Avec un peu de chance, vous pourrez même ré-utiliser cet attirail au prochain carnaval...

Etape 1 : inspection de la carène

Il est recommandé de sortir son bateau de l’eau une fois par an au minimum si possible et notamment pour refaire son antifouling. Mais c’est aussi un moment privilégié pour inspecter les œuvres mortes de son bateau et vérifier qu’aucun défaut n'apparaît.

Avant de songer aux différentes étapes pour refaire votre antifouling, commencez par inspecter minutieusement la coque de votre bateau. Partez ainsi à la recherche de la moindre imperfection. Il peut s’agir d’une variété d’anomalies telles que :

  • Des cloques d’osmose
  • Des traces de chocs : bouts de bois, bouée de casier et autres OFNI sont monnaie courante dans nos eaux
  • Des plaques d’antifouling qui se seraient détachées

Chaque défaut requiert une attention particulière afin de ne pas causer de dommages à la structure de votre bateau. L’osmose, selon son importance, nécessite un traitement spécial. Dans le cas d’une trace de choc, cela dépend là aussi de son importance et de sa profondeur. Si le gelcoat ou la fibre sont attaqués, il faudra envisager une réparation avant de passer à l’étape antifouling. Enfin, si vous observez des endroits où l’antifouling semble s’être détaché par plaques, essayez de trouver la cause du phénomène. Cela peut par exemple venir d’une incompatibilité entre des antifoulings lors de précédents sur-couchages. Dans ce cas, il est fortement conseillé de retirer toutes les couches problématiques afin de repartir sur une base propre et saine.

Etape 2 : Préparation de la carène

Cas 1 : la coque est en bon état, l’ancien antifouling est encore en place et ne semble pas s’être détaché par endroits. Dans ce cas, la préparation de la carène est assez rapide : il vous suffit de bien nettoyer la coque et la dépolir avec un abrasif à l’eau P120.

Cas 2 : la coque est en mauvais état : vous observez des endroits où l’antifouling semble s’être détaché par plaques. Cela peut venir d’une incompatibilité entre des antifoulings lors de précédents sur-couchages. Dans ce cas, il est fortement conseillé de retirer toutes les couches problématiques afin de repartir sur une base propre et saine. Il existe plusieurs techniques pour retirer son ancien antifouling, la plus simple étant l'usage combiné d'un décapant et d'un grattoir à peinture.
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter notre article de blog pour savoir comment retirer proprement votre antifouling.

Une fois que votre carène est saine, pensez à bien la dégraisser afin de retirer les derniers résidus et préparer l’application des prochains produits.

decapant pour antifouling  grattoir pour retirer la peinture et l'antifouling

Etape 3 : masquage

Pensez à bien délimiter la limite de la ligne de flottaison avec du ruban de masquage afin d’éviter un malheureux débordement.

Petit conseil : retirez le ruban de masquage juste après avoir fini l’application de la peinture et n’attendez pas qu’elle sèche. Vous vous éviterez ainsi de voir la peinture s’effriter par endroits au moment de retirer le ruban.

ruban de masquage papier

Etape 4 : isolation

Si vous aviez dans l’esprit de sur-coucher votre antifouling, il est primordial de noter que seuls des antifoulings de même type peuvent être sur-couchés : matrice dure par-dessus une matrice dure, érodable par-dessus une matrice érodable. Outre cet aspect, les produits USHIP sont compatibles avec la plupart des antifoulings du marché.

Si toutefois vous avez le moindre doute sur le type ou la compatibilité de l’antifouling ayant été appliqué l’année passée, n’hésitez pas un seul instant et isolez l’ancien antifouling du nouveau avec un primaire. Un primaire monocomposant peut suffire si l'ancien antifouling est en bon état. Si ce n'est pas le cas, ou si vous souhaitez former une barrière vraiment étanche, après un traitement contre l'osmose par exemple, un primaire bicomposant est recommandé.

primaire monocomposant uship  primaire bicomposant uship

Etape 5 : choix de l’antifouling

Vous avez un bateau peu rapide et sortez régulièrement ? Votre bateau n’échoue pas et est amarré dans une zone sans trop de courant ? Optez pour un antifouling à matrice érodable !

Si votre bateau ne remplit pas l’un des critères ci-dessus, optez de préférence pour un antifouling matrice dure.

Conseil USHIP : si votre bateau est stocké la plupart du temps au sec, nous vous recommandons également d’utiliser un antifouling à matrice dure.

Une fois que vous avez choisi le bon antifouling, il vous faut maintenant décider de la quantité à acquérir.

antifouling erodable uship  antifouling matrice dure uship

Etape 6 : application de l’antifouling

Pensez à bien mélanger votre antifouling avant de l’appliquer afin d’obtenir un rendu homogène. Vous pouvez également diluer votre antifouling USHIP avec le diluant adapté si vous souhaitez le rendre un peu plus fluide, sans toutefois aller au-delà de 10%.
Appliquez l’antifouling à l’aide d’un rouleau spécial antifouling et procédez en passes croisées sur de petites surfaces pour un meilleur rendu.

rouleau antifouling et bac a peinture  diluant pour antifouling uship